Campagne de France


La campagne de France


Le 4 décembre les Alliés déclarent que Napoléon veut la guerre, à partir du 15 décembre les armées de la coalition se mettent en mouvement vers la France



Napoléon dispose de 460 000 hommes et de 160 000 gardes nationaux en réserve, les coalisés disposent eux d'environ 1 000 000 de soldats. Les troupes coalisées sont composées par la Russie, la Prusse, le Royaume-Uni, la Suède, l'Autriche, les anciens Etats allemands alliés de Napoléon et à partir du 6 janvier par 30 000 soldats de Murat qui a trahit pour conserver son trône de Naples.


Trois armées envahissent la France, celle de Bohême commandée par le prince de Schwarzenberg, celle de Silésie commandée par le maréchal prussien Blücher et celle du nord commandée par Bernadotte.


Les armées de Bohême et de Silésie traversent le Rhin et les premiers affrontements ont lieu le 24 décembre à Sainte-Croix-en-Plaine. L'armée prussienne avance rapidement. Le 27 janvier l'avant-garde de Blücher est repoussée à Saint-Dizier. 


Napoléon tentant d'empêcher la jonction des armées de Bohême et de Silésie attaque le 29 janvier Brienne-le-Château. 


Blücher se retire sur Bar-sur-Aube. La jonction se fait quand même, 100 000 coalisés sont dans les plaines de l'Aube.


Durant le mois de février et début mars les armées de Napoléon remportent des succès face aux forces coalisées. Le 13 mars à la bataille de Reims les français conduits par Napoléon sont victorieux. 


Les troupes françaises sont épuisées, les 20 et 21 mars 1814 à la bataille d'Arcis-sur-Aube Napoléon bloqué par l'armée de Schwarzenberg est forcé de faire retraite vers Vitry-le François puis deux jours plus tard vers Saint-Dizier.


Les armées de Blücher et de Schwarzenberg se regroupent dans les plaines de Châlons et décident d'attaquer directement Paris. Le 25 mars les maréchaux Mortier et Marmont sont battus à Fère-Champenoise. La route de Paris est ouverte à l'ennemi.


Le 30 mars 1814, Paris est attaqué. La bataille la plus importante à lieu à la barrière de Clichy défendue par Moncey qui commande la Garde Nationale.
Dans la soirée le maréchal Marmont signe un armistice et les troupes françaises évacuent Paris.